Saumo.fr » Bien être et santé » Pédagogie et neuroscience : en quoi ça consiste ?

Pédagogie et neuroscience : en quoi ça consiste ?

Il est vrai que pour apprendre, il faut tout d’abord comprendre le fonctionnement du cerveau ainsi on pourra faire passer le message plus facilement. C’est pour cela que, dernièrement, le monde de l’éducation a connu un développement qui consiste à améliorer l’enseignement et l’apprentissage, et ce, en étudiant le fonctionnement du cerveau et ses réflexions par rapport aux informations qu’il reçoit. On appelle cette étude la neuropédagogie. Ce domaine de recherche, qui est apparu récemment, est créé pour relier les neurosciences et les sciences de l’éducation, il vise l’étude des processus biologiques qui ont un rôle dans l’apprentissage ainsi que les expériences émotionnelles et sociales. Sachant que les neurosciences rassemblent toutes les sciences nécessaires à l’étude de la structure et du fonctionnement du système nerveux, y compris le cerveau. Et plus on comprend comment le cerveau fonctionne plus on arrive à lui transmettre des informations.

Comment les neurosciences aident dans l’éducation ?

Les neurosciences sont vastes et complexes, ce qui permet de faire évoluer l’éducation. Voici les deux points principaux :

  • La gymnastique du cerveau : d’un point de vue pratique, l’association des neurosciences et de la pédagogie mène vers des développements dans la manière d’enseigner et d’apprendre et vise à « stimuler de nouvelles zones du cerveau et à créer de nouvelles connexions pour faciliter les apprentissages ».
  • L’association de la neuroscience et de la pédagogie active a également prouvé que les exercices sont mémorisés et non compris. D’après les dire de Stanislas Dehaene : « Un organisme passif n’apprend pas. L’apprentissage est optimal lorsque l’enfant alterne apprentissage et test répété de ses connaissances. Cela permet à l’enfant d’apprendre à savoir quand il ne sait pas ».

Comment est définie l’éducation selon la neuroscience ?

Comprendre, apprendre et mémoriser les neurosciences au service de la pédagogie, le professeur et chercheur belge, Joseph Stordeur, à expliqué dans son œuvre « Comprendre, apprendre, mémoriser. Les neurosciences au service de la pédagogie» la différence entre comprendre, apprendre et mémoriser. Il se trouve que les simulations sensorielles incitent la circulation à travers les neurones d’un flux électrique ainsi que l’ouverture des canaux à sodium. C’est une réaction très rapide mais de compréhension immédiate, dont résulte un effet d’amorçage facilitant ainsi l’action des neurotransmetteurs aux prochaines sollicitations. Par contre, les stimulations intensifiées répétitives permettent l’apprentissage, et ce, en incitant l’ouverture des canaux à calcium. Cette réaction chimique laisse des traces mnésiques et permet de créer des connexions nouvelles ainsi que des schémas neuronaux uniques. Avec la répétition continuelle, la construction de ces traces sera plus renforcée et stabilisée, ainsi elles s’inscriront dans la mémoire.

Quelques autres articles :